Accès rapide :

L’Ecole des cadres des partis politiques (ECP)

LE PROJET ECOLE DES CADRES DES PARTIS POLITIQUES (ECP)

  1. Présentation générale du programme

Le programme Ecole des cadres des partis politiques (ECP) a été mis en œuvre par l’IGD en partenariat avec la Fondation internationale du parti centre suédois (CIS) de 2009 à 2011 dans quatre pays (Burkina, Mali, Niger, Bénin).  Ce programme avait pour objectif de renforcer les partis politiques. En effet, face à la crise de gouvernance politique et aux nombreux défis qui se posent aux Etats africains, les partis politiques, de par leurs fonctions politiques, ont un grand rôle à jouer pour consolider la démocratie et impulser le développement. Bien qu’ils aient mauvaise presse, les partis politiques sont aujourd’hui incontournables dans toute entreprise de promotion du bien public. Leur vocation à gouverner et à critiquer l’action des gouvernants leur confère, en effet, une fonction fondamentale dans le développement de nos sociétés et la promotion des valeurs démocratiques.

Mais aujourd’hui, force est de constater que les partis politiques en Afrique ne jouent pas pleinement leur rôle. Ils font face d’énormes difficultés qui handicapent leur capacité à agir positivement pour asseoir une société démocratique. Les faiblesses des partis politiques ont pour nom, déficit d’institutionnalisation, manque de ressources humaines et financières, absence de vision politique claire, crise de légitimité,  problème de militantisme etc.

Le projet ECP a été pensé et initié pour aider les partis politiques à se consolider en tant qu’institutions et s’outiller politiquement pour accomplir leur mission avec efficacité. Le Pr Augustin LOADA, promoteur de l’IGD,  a entrepris de soumettre aux partis politiques de la sous-région le projet d’une école sous-régionale dont la mission sera de participer à la formation de leurs cadres. Il a sillonné en 2007 quatre pays de la sous-région (Niger, Bénin, Burkina Faso, Mali) pour obtenir les suggestions des partis politiques et évaluer leurs attentes et besoins en formation. Le projet a été unanimement salué par les acteurs qui ont exprimé tout leur enthousiasme pour cette initiative porteuse. C’est ainsi que le projet a été élaboré grâce au soutien de la Fondation Internationale du Parti Centre suédois (CPIF) de Suède.

  1. Les objectifs du projet ECP 

L’objectif général poursuivi par le projet est de contribuer à la consolidation de la gouvernance démocratique à travers le renforcement des capacités des partis politiques dans la sous-région. De manière plus spécifique, l’Ecole vise à atteindre les objectifs ci-après :

  • Elever le niveau de connaissance et de culture politique des cadres des partis politiques en mettant à leur disposition les rudiments nécessaires pour la création et/ou la gestion d’un parti politique ;
  • Accompagner les partis politiques dans l’accomplissement de leur mission en leur proposant des pistes  de réflexion sur la conception de projets politiques porteurs ;
  • Offrir aux partis politiques des outils efficaces et innovants en matière organisationnelle en vue d’une plus grande institutionnalisation ;
  • Préparer les partis politiques à mieux répondre aux nombreux défis de la gouvernance démocratique ;
  • Contribuer de manière indirecte à préserver et consolider la légitimité des partis politiques en améliorant leur image aux yeux des citoyens.

3.      Le public cible

Le projet ECP s’intéresse prioritairement aux cadres des partis politiques. Le manuel élaboré sans ce cadre s’adresse avant tout aux leaders politiques occupant les postes de responsabilité dans les instances de direction des partis politiques, quelque soit leur niveau intellectuel. Le manuel emprunte beaucoup au champ conceptuel des sciences sociales et du droit constitutionnel. La logique derrière cette démarche est de créer une synergie entre le champ scientifique et le monde de l’action, sans que cela n’entraine de confusion entre logique savante et logique militante. Cette démarche vise à faire bénéficier aux praticiens de la politique des savoirs de la science.

Le manuel tente d’élever le niveau de connaissance des élites des partis politiques. La vulgarisation de ce manuel sera faite suivant une approche pédagogique de manière à rendre aisée sa compréhension. Par ailleurs, il faut reconnaître qu’au regard de l’ampleur des défis à relever par les partis politiques africains, ce manuel est loin d’épuiser toute la problématique de la gouvernance démocratique. C’est pourquoi, outre les sujets abordés dans le manuel, l’ECP envisage d’élargir la formation à des thématiques plus spécialisées telles que l’analyse des politiques publiques, les systèmes électoraux, le marketing électoral, la sociologie de l’État, les idéologies politiques etc.

  1. La coordination du projet 
  1. L’Unité de coordination

La coordination du projet a été assurée par Dr Abdoul Karim SAIDOU qui travaille sous la supervision du Président de l’Institut, le Pr Augustin LOADA. Le Coordonateur est chargé d’exécuter les différentes activités du projet et travaille aussi à harmoniser les interventions des experts de l’Institut dans les quatre pays.

  1. Les experts pays

L’IGD dispose d’experts dans les quatre pays qu’il couvre. Ces experts sont des cadres expérimentés dans le domaine des partis politiques et jouent le rôle de Facilitateurs. Ils mettent à la disposition de l’Institut leur expertise et expérience pour assurer le succès des interventions du projet dans leurs pays respectifs (ateliers d’ateliers, dissémination du manuel etc.). Ces experts sont également chargés d’assurer la formation des cadres à l’aide du manuel. Ils ont bénéficié pour cela d’une formation sur le manuel et les techniques pédagogiques pour son administration à Ouagadougou du 14 au 19 septembre 2009. Les équipes  d’experts pays sont ci-dessous présentées.

Mali

  • Dr Moumouni SOUMANO
  • Bagayoko SIRIKI
  • Sidibe MODIBO
  • Ramatou Abdoulaye BA

Bénin

  • METODJO KISITO Alain.
  • Théodule NOUATCHI.
  • François AWOUDO
  • Joel Atayi-GUEDEGBE

Niger

  • Pr Mahaman TIDJANI ALOU
  • Dr Jean INNOCENT
  • Dr Illa AHMET

Burkina Faso

  • Aboubacar SANGO
  • Thomas OUEDRAOGO
  • Mme Agnès KABORE
  • Aboubacar SANGO 
  1. Les activités réalisées 
  1. Conception d’un manuel de formation

Dans le cadre de la mise en œuvre de ce projet, l’IGD a fait élaborer un manuel de formation en direction du public cible par une équipe de chercheurs africains. La première phase de cette activité a consisté en l’élaboration des termes de références  et des contrats des experts.  Les experts recrutés ont travaillé chacun sur des thématiques spécialisées selon ses domaines de compétences. Le manuel a fait l’objet de validation avec les partis politiques et les experts dans les quatre pays concernés. A travers ces ateliers, le document a été amendé dans le sens des besoins et attentes exprimés par les partis politiques et les experts. Le manuel traite des thématiques politiques intéressant la vie des partis politiques et la problématique de la gouvernance démocratique avec un accent sur les expériences des pays africains. Le manuel a été décomposé en sept modules :

  • Module 1 : Introduction aux partis politiques et systèmes de partis
  • Module 2: Les fonctions des partis politiques
  • Module 3: L’organisation et le cadre juridique des partis politiques
  • Module 4 : Le management des partis politiques
  • Module 5 : La communication interne et externe des partis politiques
  • Module 6 : La communication électorale
  • Module 7 : Les défis de la gouvernance démocratique

L’IGD a organisé des ateliers de validation dans les quatre pays pour soumettre le manuel aux partis politiques et aux experts en vue d’intégrer leurs contributions dans le document. Ces ateliers se sont tenus aux dates ci-après :

  • Ouagadougou, les 13 et 14 janvier 2009
  • Cotonou, le 21 février 2009
  • Niamey, le 24 février 2009
  • Bamako, le 7 mars 2009
  1. La formation des Facilitateurs

Pour la dissémination de ce manuel, un atelier de formation a été organisé à Ouagadougou du 14 au 19 septembre 2009 à l’issue duquel les Facilitateurs ont été formés pour administrer le manuel avec une pédagogie efficace. L’IGD a fait appel à quatre experts (dont certains ont été associés dans la rédaction du manuel) pour assurer cette formation.

Les formateurs ont utilisé les techniques d’enseignements pour adultes. Cette approche inspirée du modèle BRIGDE se base sur des exercices pratiques, des jeux de rôles et des simulations pour atteindre les résultats pédagogiques. Un document pédagogique a été mis à la disposition des Facilitateurs afin de les guider dans l’animation des sessions de formation.

Les choix des Facilitateurs a été fondé sur un certain nombre de critères dont, entre autres, l’exigence d’impartialité et d’indépendance envers les partis politiques, un profil académique de haut niveau (3è cycle), une expérience dans le domaine de la gouvernance des partis politiques. L’IGD dispose ainsi des équipes de Facilitateurs compétents et expérimentés dans la sous-région.

  1. Les ateliers de restitution

En vue de la diffusion du manuel auprès du public cible, des ateliers de restitutions ont été organisés au Burkina Faso, au Bénin et au Mali par les équipes de Facilitateurs sous la supervision de l’Institut. Les participants ont reçu des attestations de formation à la fin de ces ateliers. Pour le Niger, l’Institut a décidé de reporter l’atelier en début 2010 compte tenu de la crise politique qui prévaut dans ce pays. Ces formations se sont tenues selon le calendrier suivant.

Cotonou, 3-5 novembre 2009

L’atelier de Cotonou s’est déroulé au Centre International de Conférence (CIC). Le président de l’IGD, le Pr Augustin LOADA a honoré de sa présence cet atelier. Cette session a été basée sur les modules suivants :

  • Module 2 : Les fonctions des partis politiques
  • Module 4 : Le management des partis politiques
  • Module 5 : La communication interne et externe
  • Module 6 : La communication électorale
  • Module 7 : Les défis de la gouvernance démocratique

Bamako, 5-7 novembre 2009

L’atelier de Bamako s’est tenu dans la salle de réunion de l’ANPE en présence du Coordonnateur du projet, M. Abdoul Karim SAIDOU. Les Facilitateurs ont sélectionné les modules suivants:

  • Module 1 : Introduction aux partis politiques et systèmes de partis
  • Module 2 : Les fonctions des partis politiques
  • Module 5 : La communication interne et externe des partis politiques
  • Module 6 : La communication électorale

Ouagadougou, 23-25 novembre 2009

La session de formation à Ouagadougou s’est déroulée dans la salle de réunion de l’IGD sous la supervision du Coordonnateur du projet. Sur les sept (7) modules composant le manuel, cinq (5) ont été retenus :

  • Module 1 : Introduction aux partis politiques et systèmes de partis,
  • Module 2 : Les fonctions des partis politiques
  • Module 4 : Le management des partis politiques
  • Module 5 : La communication interne et externe
  • Module 6 : La communication électorale

Niamey, 6-8 septembre 2010

La session de formation s’est tenue au Grand hôtel de Niamey autour des modules suivants :

  • Module 1 : Introduction aux partis politiques et systèmes de partis,
  • Module 2 : Les fonctions des partis politiques
  • Module 4 : Le management des partis politiques
  • Module 5 : La communication interne et externe
  • Module 6 : La communication électorale
  1. Conférence sur le constitutionnalisme et la limitation du nombre de mandats présidentiels

Dans le cadre du renforcement et de la défense du constitutionnalisme en Afrique, l’IGD a organisé au Pacific Hôtel de Ouagadougou le 11 juin 2009 une conférence sur le thème «Constitutionnalisme et limitation du nombre de mandats présidentiels en Afrique ». Le choix du 11 juin n’est pas fortuit car cette date coïncide avec le 18è anniversaire de la promulgation de la constitution burkinabé du 2 juin 1991. Aussi, la conférence se tient dans un contexte de crise politique au Niger provoquée par la controverse sur le projet de référendum constituant initié par le président Mamadou Tandja en vue de s’offrir un troisième mandat. Ce projet est porteur de graves menaces sur la démocratie dans la sous-région ouest africaine. La conférence a réuni plusieurs acteurs du Niger et du Burkina Faso issus des milieux universitaire, de la société civile et des partis politiques. Après une analyse critique de l’état du constitutionnalisme dans la sous-région, les participants ont formulé des recommandations pour faire face à ce processus de restauration autoritaire. Les communications suivantes ont été présentées et discutées.

  • La licéité de l’initiative du référendum, par Seyni Ouédraogo, Doctorant en Droit Public, Université de Ouagadougou.
  • Le référendum : consultation ou manipulation du peuple ? Par l’Honorable Député, Bazoum Mohamed, Vice-président PNDS, 3è Vice-président Assemblée Nationale du Niger
  • La limitation du mandat présidentiel : avantages et inconvénients, par Dr Niandou Souley Abdoulaye, Enseignant chercheur, Université Abdou Moumouni du Niger
  • Quelle riposte face aux tentatives de « coup d’État constitutionnels »? Par Dr Badié Hima, Vice-président ANDDH (Société civile Niger)
  1. Atelier de formation des journalistes sur la fraude électorale

Le 2 septembre 2010, l’IGD a organisé à Ouagadougou un atelier de formation sur la fraude électorale à l’intention des journalistes. A travers cet atelier, l’Institut entend apporter une contribution notable à la réussite des élections présidentielles prévues pour novembre 2010 et des autres échéances électorales à venir. Comme il est admis dans toutes les démocraties, les élections constituent le mécanisme le plus rationnel d’expression de la souveraineté populaire. Et c’est de la qualité des processus électoraux que dépend dans une large mesure la maturité d’un système démocratique ainsi que la paix sociale et politique d’un pays.

En effet, bien que les élections n’épuisent pas la signification de la démocratie, il demeure qu’elles jouent un rôle essentiel dans le processus démocratique car, outre la possibilité qu’elles offrent aux citoyens de sélectionner (et sanctionner) le personnel politique, elles participent à l’institutionnalisation des règles du jeu démocratique. En Afrique, depuis la restauration du multipartisme dans les années 90, les élections sont souvent sources de tensions et crises politiques majeures, comme l’attestent les cas de plusieurs pays.

Il résulte donc que l’un des grands défis à relever pour les jeunes démocraties africaines demeure sans conteste celui de la qualité des processus électoraux, gages de la stabilité institutionnelle et politique et de la paix sociale. Parmi les acteurs à même de participer dans ce processus figurent les partis politiques de par leurs fonctions d’animation et d’encadrement de la vie politique. Il en est de même des médias qui jouent une fonction de socialisation très forte sur les citoyens à travers le traitement et l’analyse de l’information politique.

Cet atelier a réuni une trentaine de journalistes et été animé par le Pr Augustin LOADA et Dr Régis BALIMA autour de deux principaux thèmes : i) fraude et corruption, ii) les médias face aux échéances électorales.



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - INSTITUT GÉNÉRAL TIÉMOKO MARC GARANGO POUR LA GOUVERNANCE ET LE DÉVELOPPEMENT - 2014